L’alliance scientifique de POW Canada est un comité de visionnaires et de leaders de la recherche sur le changement climatique au Canada. Ils nous guident et s’assurent que nous partageons des renseignements pratiques et simples.

  • Adam Fenech

  • Nat Knowles

  • Daniel Scott

Adam Fenech

Dr. Fenech has worked extensively in climate change since 1988, including as a member of the United Nation’s Intergovernmental Panel on Climate Change, which was awarded the 2007 Nobel Peace Prize. He has edited seven books on climate change over the past seven years, most recently as editor of the international journal on Climate Impacts and Adaptation Science.

Dr. Fenech has taught at the University of Toronto since 1998, and lectures regularly at universities across Canada and around the world. He joined the University of Prince Edward Island as Director of the Climate Research Unit.

Nat Knowles

Nat Knowles is a climate scientist, wilderness conservationist, and outdoor athlete. Her research focuses on mitigating climate change, managing its inevitable impacts, and using outdoor recreation and tourism for sustainable socio-economic development. She completed a Master of Science on these topics at the University of Oxford and is now a PhD candidate at the University of Waterloo. While currently an avid backcountry adventurer, as a former alpine ski racer she won two NCAA National Championships with the University of Denver, and represented Canada at the World Junior Championships and the World University Games.

Daniel Scott

Dr. Daniel Scott is a professor in the Department of Geography and Environmental Management at the University of Waterloo, a University Research Chair, as well as the Executive Director of the Interdisciplinary Centre on Climate Change. He has worked extensively in the areas of climate change, global tourism, and protected area management. He has collaborated with the United Nations World Tourism Organization, United Nations Environment Programme, the World Meteorological Organization, and several development organizations. Dr. Scott has been a contributing author and expert reviewer for the Intergovernmental Panel on Climate Change’s Third, Fourth, and Fifth Assessment Reports.

Le changement climatique est bien réel

Au cours des 800 000 dernières années, le dioxyde de carbone (CO2) et les températures de la surface terrestre ont varié naturellement, bien qu’ils soient demeurés à des niveaux fiables et prévisibles. De nos jours, surtout en raison d’une utilisation humaine à grande échelle des combustibles fossiles, les niveaux de CO2 dans l’atmosphère ont surpassé des niveaux historiques, excédant 400 parties par million (ppm). Étant donné que les niveaux de CO2 et la température sont reliés, notre environnement est déjà plus chaud, ce qui augmente la fréquence et la gravité des ouragans, des inondations, des vagues de chaleur, de la sécheresse, du blanchissement du corail, de l’acidification des océans, et des feux de forêt, à l’échelle de la planète. La situation climatique est mauvaise à l’heure actuelle : les gens et la planète en souffrent déjà. À moins que nous ramenions les concentrations de CO2 sous la barre de 350 ppm très bientôt, les choses vont empirer largement.

 

Changement climatique 101 :

La température est de courte durée. Songez comment la température, l’humidité, les précipitations, les nuages, la visibilité et le vent changent en l’espace d’une heure, d’une journée ou d’une semaine.

Le climat est à long terme. Le climat est la température moyenne d’une région sur une longue période (30 ans et plus), où nous pouvons observer des tendances et modifications à grande echelle.

L’effet de serre retient la chaleur dans notre atmosphère. Certains gaz dans notre atmosphère terrestre, y compris le dioxyde de carbone, les vapeurs d’eau, le méthane, l’ozone, et l’oxyde de diazote, entre autres, laissent la lumière du soleil passer, mais empêchent la chaleur de s’échapper dans l’espace. Sans les gaz à effet de serre, notre planète serait beaucoup plus froide et ne supporterait pas les écosystèmes que nous avons aujourd’hui. Mais une quantité trop élevée de gaz à effet de serre dans notre atmosphère retient trop de chaleur.

Les combustibles fossiles se forment lorsque le carbone organique provenant des anciennes plantes et anciens animaux est enterré, chauffé et compressé sous haute pression sur des millions d’années dans la croûte terrestre. Les combustibles fossiles relâchent de nouveau le carbone entreposé dans l’atmosphère en tant que dioxyde de carbone. Cela a pour effet d’augmenter la concentration de gaz à effet de serre dans notre atmosphère à un niveau supérieur à ce dont nous avons besoin.

Quelques faits

Nous causons le changement climatique

Plus de 97 % des scientistes conviennent que depuis la révolution industrielle la terre a subi un réchauffement à un taux sans précédent. Les études scientifiques prouvent que ce réchauffement est dû aux augmentations des émissions de gaz à effet de serre causées principalement par l’activité humaine.

Les gaz à effet de serre causés par les humains sont émis par la combustion de combustibles fossiles pour l’électricité, le chauffage, les transports et autres activités. Alors que les combustibles fossiles ont favorisé le développement mondial pendant des centaines d’années, il est maintenant clair que les émissions qui en résultent sont un problème très important.

Si rien n’est fait, les répercussions seront graves

La glace et la neige sont intrinsèques au Canada, mais l’hiver n’est plus ce qu’il était. Par exemple, le modèle climatique projette qu’avec les scénarios à émission élevée, l’Ouest canadien pourrait perdre 95 % du volume de glacier d’ici la fin du siècle (Radic et coll. 2014) La hausse des températures se traduit par des enneigements plus faibles, une limite des neiges plus élevée et la fonte des glaciers, du pergélisol et de la glace arctique. Les conditions locales peuvent varier, mais la tendance est claire : les saisons de ski sont de plus en plus courtes, plus extrêmes et moins fiables.

Au-delà des sports d’hiver, la réduction de neige et de glace peut avoir des répercussions importantes sur le paysage canadien, comme nous le connaissons aujourd’hui. Plusieurs espèces indigènes et collectivités qui avaient l’habitude de vivre dans un environnement hivernal devront s’adapter. L’abondance d’eau douce au Canada sera à risque, car la plupart des eaux proviennent des glaciers et de la fonte des neiges au printemps. Le transport dans le Nord du Canada deviendra de plus en plus difficile alors que le pergélisol se réchauffe et les glaces se brisent. Les fontes des glaciers et des caps de glace au Canada seront le troisième plus important élément contribuant à la hausse du niveau de la mer, après le Groenland.

De plus, un réchauffement du climat se traduit par une augmentation des feux de forêt et des espèces envahissantes, comme le dendroctone du pin ponderosa, transformeront nos forêts et la faune sauvage. Les vagues de chaleur et le smog constitueront un danger pour la santé. La sécheresse, les inondations ou les tempêtes extrêmes auront des répercussions sur nos exploitants agricoles, nos forêts et plusieurs autres industries importantes.

« Il n’y a pas que le climat qui change, c’est tout qui change » – Margaret Atwood

Voyez de quoi a l’air l’avenir avec le changement climatique dans votre municipalité!

Le changement climatique aura des répercussions importantes sur tous les aspects de la vie, partout dans le monde. Le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat des Nations-Unies démontre que, sans action urgente, il y a une menace sans cesse croissante de « graves répercussions envahissantes et irréversibles sur les gens et les écosystèmes ». La hausse de la fréquence des ouragans, des tornades et événements météorologiques extrêmes causera des dommages aux humains et à l’infrastructure. Les vagues de chaleur et la sécheresse mettront en péril la production mondiale de nourriture. La faune sauvage et la biodiversité sur nos terres et dans nos océans devront s’adapter à de nouveaux environnements ou faire face à l’extinction. Ces répercussions posent également des risques économiques incalculables.

Le futur de la neige et plus encore étant à risque, nous devons agir maintenant : les scientistes nous avertissent que pour atténuer les répercussions les plus graves, nous devons garder le changement de température à la surface du globe à moins de 2 degrés C et ramener les niveaux de CO2 à moins de 350 ppm.

Agissez maintenant!

L’adoption de sources d’énergie renouvelable pour régler le problème du changement climatique mondial entraînera des innovations, créera des emplois à long terme et améliorera notre santé et la qualité de l’air. Les technologies propres dont nous avons besoin pour démarrer existent déjà, nous n’avons qu’à mettre en place des politiques qui leur accorderont priorité.

Que pouvez-vous faire maintenant?

Renseignez-vous.
Explorez certains de ces sites Web :

https://climateatlas.ca

https://news.mongabay.com

https://grist.org

https://www.climatewatchdata.org

Impliquez-vous.
Devenez un membre de POW Canada et ajoutez votre voix à notre mouvement populaire. Parlez de nous à ceux qui vous entourent — l’union fait la force.

Changez vos habitudes.
Calculez votre propre empreinte carbone et mettez-vous au défi de la réduire annuellement.

Incitez les autres à faire de même.
Renseignez les membres de votre famille, vos amis et vos collègues au sujet de la climatologie et incitez-les à participer aux solutions.